L’origine du cidre remonte au VIe et VIIe siècle avec la culture des pommiers et l’invention du pressoir. Le climat de la Normandie est un terrain propice pour les fruits. Au fil des siècles, la sélection des pommiers et le perfectionnement des méthodes de fabrication améliorent la qualité du cidre. Et grâce à son faible coût d’achat, il devient dès le XVIe siècle,  populaire à travers le pays. Aujourd’hui, le cidre de Normandie s’est imposé dans la culture culinaire partout en France.

Le cidre de Normandie est reconnu sous le label IGP depuis 2015.

La sélection des pommes est l’étape primordiale dans la fabrication du cidre. En effet, en fonction des variétés choisies (douces, aigres, douces-amères) le goût ne sera pas le même. La récolte débute à partir du 15 septembre avec les pommes déjà mûres.

Ensuite, elles sont broyées afin de faciliter l’extraction de jus. Vient après le pressurage à l’aide d’un pressoir, pour en extraire le jus. Il est conservé dans les caves pendant plusieurs semaines au sec et au frais. Le soutirage intervient en changeant de récipient et les impuretés sont éliminées pour ne pas altérer le goût.

La fermentation est la dernière étape:  entre 3 à 6 mois, le cidre est mis au frais pour que le sucre se transfrome en alcool. Enfin, des derniers tests sont effectués avant de mettre le cidre en bouteille.